Des chercheurs créent la toute première cellule « zombie »

Par Maxime Lambert

Des scientifiques sont parvenus à créer pour la toute première fois une cellule « zombie ». Il s’agit d’une cellule morte qui reste malgré tout toujours fonctionnelle.

Un organisme mort peut-il encore biologiquement fonctionner ? Face à une telle question, la majorité d’entre nous, fans de science-fiction mis à part, serait tentée de répondre « non ». Et pourtant, des scientifiques américains viennent de dévoiler une prouesse qui pourrait nous pousser à revoir notre copie. Pour la toute première fois, ceux-ci seraient parvenus à créer une cellule « zombie » qui, bien que morte, resterait active et fonctionnelle.

Mieux encore, dans cet état, la cellule se serait révélée plus performante encore que de son vivant. Pour arriver à un tel résultat, les scientifiques du Laboratoire National de Sandia et de l’Université du Nouveau-Mexique ont recouvert des cellules de mammifères d’une solution de silice afin de former une sorte de blindage perméable autour de la membrane des cellules vivantes. L’objectif était alors de confronter les cellules à des températures et des pressions extrêmes auxquelles une cellule vivante ne peut normalement pas résister.

Les scientifiques ont ainsi chauffé la cellule à près de 400°C, ce qui a entraîné l’évaporation de la matière organique. Néanmoins, avant de mourir, la structure vivante a laissé, dans la silice une réplique tridimensionnelle parfaite des structures minéralisées et des fonctionnalités complexes  qu’elle était capable d’assurer. La précision de cette copie est telle que la spirale de l’ADN cellulaire elle-même a été conservée. Le plus surprenant reste que, même morte, cette cellule est alors restée capable d’effectuer certaines de ses anciennes fonctions.

Des cellules « zombies » plus résistantes

« C’est un vrai défi pour les chercheurs de construire des structures à l’échelle nanométrique. Nous pouvons fabriquer des particules et des « câbles, mais des structures arbitraires en 3D n’ont pas encore pu être obtenues« , a expliqué le Dr Bryan Kaehr dans un communiqué cité par le Huffington Post. « Avec cette technique, nous n’avons pas besoin de construire ces structures – la nature le fait pour nous« , a t-il ajouté.

Étonnamment, la cellule morte serait même supérieure à son ancêtre biologique grâce aux propriétés de la silice qui lui permettent de résister à des températures et des pressions qu’elle n’aurait jamais pu endurer de son vivant, précisent les chercheurs dans leur étude publiée par la revue Proceedings of the National Academy of Sciences. « Nos cellules zombies jettent un pont entre la chimie et la biologie en créant des cellules qui, non seulement ressemblent comme deux gouttes d’eau à elles-mêmes mais sont aussi capables de travailler sans relâche« , a souligné Bryan Kaehr.

D’après ce scientifique et ses collègues, ces cellules hors normes pourraient, à l’avenir, permettre d’améliorer les performances de certains produits dans les secteurs environnementaux et de la décontamination, notamment.

Source:maxisciences

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *