Congo Brazzaville, les chiffres de la honte

On ne le répétera jamais assez, le Congo-Brazzaville est un pays bizarre, très étrange qui n’arrête pas d’étonner au plus haut point et défie toutes les statistiques, mettant en déroute les experts les plus méticuleux.
Faire une étude de cas sur l’économie Congolaise relève d’une énigme Cornélienne tant le pays mime des contrariétés bouleversantes alors même qu’en 2011, le Congo-Brazzaville a été, après la France, le pays de la zone Franc qui a connu une forte croissance, il possède plus de la moitié des avoirs de la BDEAC, a été classé 2è pour ce qui est de son PIB, derrière le Ghana sur une liste de 10 pays au  nombre desquels ne figurent même pas le Maroc, l’Angola ou l’Afrique Du Sud !

La production du pétrole connaît une hausse significative avec 10.000 barils de pétrole par jour de plus, bien au-delà des estimations.

Autre exemple, alors que tous les indicateurs sont en rouge au moment où le monde entier fait face à une grave crise économique et financière, les prévisions de croissance pour 2012 au Congo-Brazzaville taquinent les 10% au point de fâcher les experts du FMI qui tablent plutôt entre 6 et 8% !

C’est dans ce contexte très controversé que l’Office National de l’Emploi et de la Main d’Œuvre (Onemo) vient de publier avec fracas le chiffre de la honte, celui du chômage qui affiche quelques 34,2%, pour un si petit pays qui se paie quand même le luxe d’avoir des excès budgétaires ! Ce chiffre alarmant est peut-être plus grand en réalité. La tranche d’âge concernée par le chômage est essentiellement constituée des jeunes âgés de 25 à 35 ans.

Il est à noter aussi que la faible qualité des formations dispensées au Congo-Brazzaville, l’absence totale d’une vraie politique de formations qualifiantes en vue de la relève, l’émiettement du système éducatif font que les recruteurs de plus en plus exigeants se tournent vers la diaspora censée pourvoir les meilleures têtes, au détriment des nationaux !

Ce rapport est un mauvais signal pour le slogan éculé de « chemin d’avenir » et expose au grand jour le vrai visage de ce pays à deux vitesses où 70% de la population vivotent en dessous du seuil de pauvreté alors qu’une infime minorité vit dans l’opulence en toute indifférence.

Source: afrik-online.com

Un Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *