COMMENT LES USA MEPRISENT ET ESPIONNENT LEURS COLONIES DE L’UE : APRES PARIS VOICI BERLIN …

LM.NET - EN BREF scandale nsa voici Berlin (2015 07 02) FR 1Luc MICHEL/ En Bref/

Avec PCN-SPO – Der Spiegel – Libération/ 2015 07 02/

Nouvel épisode du feuilleton Wikileaks, après Paris et le Franceleaks, voici Berlin !

On notera que l’affaire n’est pas nouvelle. Elle avait déjà fait la Une de la presse allemande il y a deux. Mais avait été ignorée en France. Et donc l’étonnement des médias français est un peu surfait. Mes lecteurs fidèles eux n’en ignoraient rien …

* Lire mon édito du 27 octobre 2013 (On notera déjà les infos sur les centrales d’espionnage de la NSA dans les Ambassades US et on relativise l’indignation et les révélations des médias de l’OTAN sur les écoutes de leur maître) :

„OBAMA MENT !“ AFFIRME ‘DER SPIEGEL’ … QUI CIBLE „UNE ANTENNE SECRETE D’ESPIONNAGE DE LA NSA A BERLIN“ …

http://www.lucmichel.net/2013/10/27/lucmichel-netobama-ment-affirme-der-spiegel-qui-cible-une-antenne-secrete-despionnage-de-la-nsa-a-berlin/

QUE DISENT LIBERATION – MEDIAPART – DER SPIEGEL ?

Extrait : « De nouveaux documents obtenus par WikiLeaks apportent la preuve que la NSA écoutait des conversations téléphoniques d’Angela Merkel en 2011. Quatre ministères ont également été ciblés. C’est la preuve qui manquait, celle qui atteste que l’Agence nationale de sécurité (NSA) américaine a bel et bien espionné des communications téléphoniques d’Angela Merkel. Le 12 juin, le parquet fédéral de Karlsruhe décidait de classer l’enquête, ouverte en juin 2014, sur l’écoute présumée du téléphone portable de la chancelière allemande, au motif que les accusations ne pouvaient «être prouvées ­légalement dans le cadre d’une procédure de droit pénal». Mais les documents que publie aujourd’hui WikiLeaks en partenariat avec plusieurs médias européens, dont Libération, Mediapart et la Süddeutsche Zeitung, devraient venir rebattre les cartes, et raviver les tensions entre l’Allemagne et son «allié» américain. Ils concernent à la fois Merkel et son conseiller aux Affaires européennes – mais aussi quatre ministères allemands et la Banque centrale européenne, dont des lignes téléphoniques ont été ciblées. Cette publication fait suite à deux séries de révélations montrant que la NSA s’est intéressée de très près, pendant au moins une décennie, aux intérêts politiques et écono­miques de la France, en espionnant notamment trois chefs d’Etat successifs et deux ministres de l’Economie, et en ciblant les gros contrats français (lire Libération des 23 et 30 juin). Deux des documents obtenus par WikiLeaks concernant l’Allemagne sont des rapports d’analyse «Top Secret» d’interceptions téléphoniques émanant de la NSA, du même type que ceux déjà publiés concernant les dirigeants français. Et de la même manière, si leur contenu ne révèle pas de secrets d’Etat, leur existence même atteste une nouvelle fois de la collecte tous azimuts d’informations sur ses alliés opérée par le renseignement américain. »

LM.NET - EN BREF scandale nsa voici Berlin (2015 07 02) FR 2

On notera encore la mise en cause des Britanniques dans l‘espionnage de leurs « partenaires » de l’OTAN. Les rapports évoquent : « un «partenaire britannique» («2nd Party British»). Lequel n’est autre que le GCHQ (pour Government Communications Headquarters), le service de renseignement électro­nique de la Grande-Bretagne, dont les révélations d’Edward Snowden avaient déjà montré qu’il était le partenaire privilégié de la NSA, notamment pour espionner les Etats membres de l’Union européenne ».

Amis, alliés, partenaires : le monde de la NSA, de l’OTAN, du Bloc américano-atlantiste ressemble à un mauvais soap opera américain des Années 80, le kitchissime « Dallas » avec « son univers impitoyable » …

Luc MICHEL

_________________________

Luc MICHEL /

PROFIL Facebook   https://www.facebook.com/pcn.luc.michel.2

Twitter https://twitter.com/LucMichelPCN

PAGE OFFICIELLE Facebook https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel

Website http://www.lucmichel.net/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *