Chute des indices boursiers: « Un coup la Grèce… un coup l’Espagne »

Hier les indices boursiers chutaient parce qu’il y avait la Grèce. En entendez-vous parler dans les médias consensuels ? Non. On dirait que la Grèce n’est plus un sujet d’inquiétude. Et pourtant, les nouvelles d’Athènes sont bien inquiétantes… mais silence radio… les médias focalisent l’attention ailleurs : tout particulièrement sur la Syrie et l’Espagne.
Hier les indices des places financières ont baissé parce que le Marché massacre l’Espagne où les taux d’intérêt viennent de dépasser les 7%. Et ce, malgré le feu vert de Bruxelles pour l’envoi d’une somme pouvant aller jusqu’à 100 milliards d’euros pour les banques ibériques. Rappelons que l’Espagne est la quatrième économie de la zone euro et ses problèmes ne sont pas derrière elle, mais devant. D’ailleurs, la région de Valence vient de demander une aide publique à Madrid en raison d’un manque de liquidités. Dans le même temps, les manifestations sont en train de dégénérer. Les Espagnols vont-ils accepter la défaite des autorités publiques suite à la défaite de l’Espagne face au Marché, en guerre contre TOUS les Etats nations. Quelle justesse que ces propos entendus lors des manifestations : « Ils veulent ruiner le pays. Il faut l’empêcher ». Comment ? Les musiciens de la HAARP ont plus d’un tour dans leur sac, comme l’usage des fréquences à basse intensité.
Est-ce que les Espagnols seront défendus par des politiciens soucieux de l’intérêt national ? On peut craindre que ces derniers se couchent devant les forces du Marché. Cela confirmerait les propos d’une marionnette devenue bien silencieuse après avoir bien fait son travail, un certain N. Sarkozy… qui affirmait que personne ne pourrait s’opposer à ces puissances qui réclament un Nouvel Ordre Mondial… sans Etat nation.

Source:liesi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *