Chronique : Coup de starter pour un nouveau cycle de violence en Egypte, Par Chérif Abdedaïm

Par Chérif Abdedaïm, le 8 juillet 2013

Egypte-violenceÇa y est le coup de starter a été donné pour un nouveau cycle de violence en Egypte. Comme anticipé, les Frères musulmans destitués du pouvoir sont passés à l’action. Des éléments armés se sont attaqués à l’aube du  vendredi dernier à six postes de police et militaires dans le nord de Sinaï. Ce qui a causé des affrontements causant la mort d’un soldat et plusieurs blessés, selon des sources concordantes. Selon le journaliste égyptien Hatem Balak, le poste de police central d’Al Arich a également été attaqué.

Les hommes armés seraient munis de roquettes et de mitrailleuses, selon l’AFP, ajoutant qu’il s’agit « de terroristes ».

D’autres sources d’information égyptiennes ont évoqué des tirs de roquettes sur les barrages militaires assurant la sécurité de l’aéroport d’Al Arich. Elles ont ajouté que les hommes armés ont ouvert le feu sur le poste de police de Rafah, sur les frontières avec la bande de Ghaza, blessant plusieurs soldats, ajoutant que ce point était proche des renseignements militaires de la région.

Suite à ces événements, les autorités égyptiennes ont fermé le passage de Rafah reliant la bande de Ghaza dans la journée de vendredi.

Et pourtant si l’on se réfère aux propos de Morsi, ce dernier a appelé ses partisans à résister pacifiquement  au coup d’Etat militaire et ne pas faire recours à la violence contre les soldats. Un haut responsable du groupement islamiste des Frères Musulmans a déclaré que le mouvement n’avait aucune intention de recourir à la violence.

Un « pacifisme » qui s’affiche déjà avec près de 14 morts et une centaine de blessés selon le bilan  de la soirée de jeudi dernier.

Trois morts à Alexandrie dans les affrontements entre pro et anti Morsi. Dans cette même ville, la police a arrêtée deux personnes munies d’une bombe artisanale. Six partisans de Morsi tués lors de l’attaque contre le siège des services de sécurité à Marsa Matrouh.

A Minya, 3 personnes, dont deux policiers, ont été tuées et quatorze autres ont été blessées. A Fayoum, des dizaines de personnes ont été blessées dans une attaque organisée par des inconnus contre les locaux du Parti liberté et justice, l’émanation politique du mouvement islamiste des Frères musulmans.

Dans la nuit de mardi à mercredi, seize personnes ont trouvé la mort et quelque deux cents autres ont été blessés dans une attaque à l’arme à feu extrêmement violente menée par des hommes non-identifiés. Les scènes se sont déroulées près de l’université du Caire et visaient des partisans du président déchu, Mohamed Morsi.

Dans la journée de mardi, sept personnes avaient déjà péri dans des heurts entre des partisans et opposants de l’ancien chef de l’Etat. Une semaine de violence qui fait déjà près d’une soixantaine de morts et pas moins de deux cent blessés, dont un journaliste américain qui travaillait pour le centre culturel américain d’Alexandrie.

Cela dit, l’oxymore islamiste fait craindre de pires lendemains. Le plan Oded Ynon est en marche.

Chérif Abdedaïm

Source:cherif.dailybarid.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *