C’est la France qui aurait assassiné Wissam al-Hassan

C’est la France qui aurait assassiné le chef du bureau de renseignement, le général Wissam al-Hassan, en raison de certaines informations hautement confidentielles », rapporte le quotidien libanais « Ad-Diyar », citant une source officielle syrienne de haut niveau Selon la source, Damas, qui a, déjà, suffisamment de problèmes, ne fera rien qui puisse lui en causer d’autres.

« Wissam al-Hassan, poursuit-elle, aurait commencé, grâce à Michel Samaha, à faire la lumière sur les relations secrètes entre la Syrie et la France: l’ancien ministre l’aurait, en effet, mis au courant d’informations dangereuses portant sur la relation entre ces deux pays, ainsi que sur son propre rôle secret d’intermédiaire. Samaha aurait donc dévoilé les dessous de la relation syro-française, au niveau des services de renseignements, en particulier, ce qui a poussé la France à vouloir liquider Wissam al-Hassan. Il n’est, d’ailleurs, pas exclu que Michel Samaha soit éliminé, à son tour, pour enterrer les grands secrets relatifs aux renseignements français et syriens.

Et la source de conclure: La France ne souhaiterait, en tout cas, pas que les Américains découvrent ses relations secrètes et son rôle, en Syrie, et dans la région, d’autant plus que Wissam al-Hassan avait commencé à tisser des liens avec les Etats-Unis.

Le quotidien libanais « As-Safir » avait rapporté, citant une source sécuritaire bien informée, qu’Al-Hassan était probablement surveillé, aussi bien, à Beyrouth qu’à Berlin et à Paris.

Al-Hassan a été tué, le 19 octobre, dans un attentat à la voiture piégée, dans le quartier d’Achrafieh, à Beyrouth, un jour après son retour de France.

Source: french.irib

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *