Algérie: danger extrême tous azimuts. Un après-Bouteflika de tous les périls

bout_téléchargement_(1)Jean Bonnevey

On ne sait pas ce que va devenir l’Egypte sans Moubarak ni la Tunisie sans Ben Ali. La Libye n’existe plus en tant qu’état organisé depuis la fin de Kadhafi. Les conséquences de la chute de Saddam Hussein terrorisent même ceux qui veulent la peau d’Assad.
Et voila qu’il va falloir  affronter les conséquences imprévisibles de la fin annoncée du règne de Bouteflika. L’Algérie tenue d’une main de fer par son inusable président n’a pas connu les printemps arabes. Le régime a tenu et reste un pays de type socialiste s’appuyant sur un parti ultra dominant et une caste militaire omniprésente, avec cependant une presse étrangement libre, du moins jusqu’à présent. Tout cela est sous la menace continue d’islamistes et de la déstabilisation des frontières sahéliennes de l’Algérie.

bout 2 téléchargement

Il va falloir s’en passer

Tout le monde s’accommodait donc de Bouteflika, mais maintenant, c’est quasiment sûr, il va falloir s’en passer. L’état de santé du président algérien Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé depuis plus de trois semaines à Paris à la suite d’un mini-AVC, selon les sources officielles, suscite des rumeurs alarmistes en Algérie, alimentées par les propos officiels rassurants mais  très évasifs, à un an de la présidentielle. Il est normal que la population s’interroge. Le pouvoir pratique une omerta dangereuse.

En l’absence de publication d’un bulletin de santé du président âgé de 76 ans, transporté le 27 avril à l’hôpital militaire parisien du Val de Grâce, la presse algérienne s’interroge avec prudence tous les matins sur ce sujet tabou. « Mon journal » et son pendant arabophone « Djaridati » ont fait l’expérience de la censure, une première en Algérie depuis une dizaine d’années. Ce qui est révélateur. Ils n’ont pu être imprimés pour avoir consacré leur Une à un dossier sur une « détérioration » de l’état de santé du chef d’État, citant « des sources médicales françaises et des proches de la présidence algérienne ».

bout censure téléchargementDes voix s’élèvent déjà, dont celle d’Abderrezak Mokri, nouveau chef du parti islamiste, proche des Frères musulmans, Mouvement de la société pour la paix (MSP) pour réclamer l’application de l’article 88 de la Constitution. Les islamistes sont bien en embuscades comme partout. Le 88 stipule qu’en cas de « maladie grave et durable » du président qui « se trouve dans l’impossibilité totale d’exercer ses fonctions », le Conseil Constitutionnel propose à l’unanimité « au Parlement de déclarer l’état d’empêchement », ce qui nécessite une majorité des deux-tiers des voix. Le président du Conseil de la Nation (Sénat), en l’occurrence aujourd’hui Abdelkader Bensalah (70 ans) est alors chargé de l’intérim durant un maximum de 45 jours. Après ce délai, « il est procédé à une déclaration de vacance par démission de plein droit » du chef de l’Etat et le président du Sénat doit alors en moins de 60 jours organiser l’élection présidentielle. Cela bien sûr si tout se passe bien, ce dont on peut douter. Car tout est possible, explosion populaire, subversion  islamiste, prise en main par l’armée appuyée par le Fln, tentatives de sécession berbère etc.

Rien  de tout cela n’enchante personne

Le Maroc est le premier intéressé dans ses relations conflictuelles permanentes avec l’Algérie autour du Sahara. La Tunisie et la Libye aussi. Mais l’inquiétude est également  à Washington et à Paris. A Washington où l’on avait fait de l’Algérie de Bouteflika, non sans imprudence, une pièce maitresse de la lutte contre la contagion islamiste en Afrique du nord et dans la région sub-saharienne.

Paris qui avait eu besoin  de la complaisance de l’Algérie pour sa campagne militaire au Mali à des sueurs froides. Il est bien  évident qu’un changement de donne à Alger pourrait rendre plus fragile les plans français  de retrait du mali et d’organisations d élections.

Sans oublier qu’au regard de la très importante communauté algérienne en France, de nationalité française ou non, car ça ne change pas grand chose sauf pour les harkis et les plus intégrés, un conflit pour le pouvoir à Alger ne pourrait qu’avoir des répercutions dans les banlieues déjà sensibles d’une France toujours liée sinon à l’Algérie, au moins aux algériens et à la politique algérienne.

Pour certains la guerre d Algérie n’est pas terminée ou a été terminée de telle façon qu’elle continue dans un contexte différent et pour longtemps à peser sur la France et les français.

Jean Bonnevey
le 20/05/2013

Source:metamag.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *